Concerts, Spectacles :

« Les voies de l’Amour » contrepoint de poésie orientale, chant, violoncelle et bols tibétains. Mohammad Djalâl al-din Rûmî (1207-1273), qui vécut en Turquie à Konya, est un poète mystique de langue persane. Il enseigna le soufisme et fut le grand inspirateur de l’ordre des Derviches Tourneurs. Le poète Kabir est une des figures les plus intéressantes du mysticisme indou, né à Bénarès aux environs de 1440.

L’œuvre de Rûmî et Kabir est un hymne à l’amour : à l’amour mystique de l’âme en quête de son Bien-Aimé. La parole spirituelle y est intense et subtile à la fois, dans un langage lyrique et particulièrement créatif. N’est-ce pas aussi un véritable discours amoureux ? Qui peut être celui d’un couple, fait de chair et de sang ? Où chaque Etre se cherche ? Dès lors, s’ouvre un monde d’ombres et de lumières. Notre existence se déroule…. L’amour humain prend forme, empreint de ses émotions, de ses tensions et de sa sensualité. Le spectacle devient alors parole incarnée, messagère d’une unité possible. Et, nous voici goûtant au nectar de la Vie. Une voix inspirée et poignante mêle les mots du poète aux sons de la voix chantée. Elle demeure l’instrument universel par excellence et nous emporte au loin, là où les frontières n’existent pas.

Le violoncelle accordé à la façon d’un tânpûrâ indien, prolonge le silence, le fait danser, s’y absorbe. Nourri de traditions musicales venant du Moyen-Orient et de l’Inde, son jeu libéré évoque clairement les sonorités du sarod, du oud et même des percussions (zarb, tablas). La rencontre de l’archet avec un bol tibétain donne à ses résonances uniques une dimension étonnante. Corinne Pérez (chanteuse, comédienne) Philippe Henry (violoncelle, bols tibétains) Lise Tur (mise en scène).

  • Samedi 13 janvier à 19h
  • Concert-appart
  • Rue Lafeuillade Montpellier quartier Figuerolles
  • Réservation : 06 28 06 00 08

« A la vuelta » est un groupe de chants Sépharades et arabo-andalous. Il est composé d’un oud, de percussions, d’une voix et d’un violoncelle. Généralement, ces chants parlent d’exil; pourtant « a la vuelta » signifie « le retour » car c’est pour moi en quelque sorte un retour aux sources. Mon parcours artistique a baigné dans le chant et le répertoire lyrique que j’affectionne toujours mais aujourd’hui je suis appelée à vibrer sur les cordes de l’autre coté de la méditerrannée Mon projet est d’aller plus loin dans le métissage de la langue arabe et hébraique et pourquoi pas un autre type de retour aux sources, plus spirituel celui-là avec la langue araméène, mais nous verrons plus tard.

  • .Samedi 31 mars à 21h 
  • Chai Soi Pignan

 

  • Dimanche 8 avril 17h
  • Théâtre de Pézenas

 

Autres :